12.2 C
London
Saturday, April 13, 2024

La mode parle plus que les mots

L’événement annuel, dans sa sixième édition baptisée Fabrikans Convention, s’est développé en une vitrine de trois jours avec un marché de streetwear, des ateliers, des défilés de mode, des arts visuels, des groupes live et une liste de disc-jockeys.

Les jeunes du Zimbabwe peuvent être pleinement reconnus pour avoir inventé un nouveau langage qui s’exprime à travers la musique et d’autres canaux de communication.

La plupart des parents et tuteurs comprennent la nécessité d’accepter une culture en constante évolution, qui contribue à combler le fossé des générations.

Lits intelligents au Mexique
La mode, cependant, n’a pas été accueillie avec plus d’optimisme. Les stéréotypes créent une perception publique des jeunes comme des toxicomanes, des voleurs et des travailleurs du sexe, ce qui conduit à l’autocensure.

L’idée originale d’Ulenni Okandlovu et de la peinture murale Caligraph, le duo composé de Danai Jeche et Marcus Zvinavashe, a déclaré que le SS Fabrik Party avait créé un espace sûr pour célébrer la sous-culture de la mode et offrir aux jeunes la possibilité de s’exprimer pleinement.

Comme le suggère le terme Fabrikans, l’événement rassemble des personnes partageant les mêmes idées et profondément intéressées par l’exploration des possibilités créatives à travers la mode et les tissus.

L’événement appelle à un esprit ouvert, sans jugement ni idées préconçues sur l’apparence des vêtements.

C’est une expérience révélatrice et enrichissante de voir des jeunes habillés de manière à faire preuve d’une imagination débridée et d’une créativité inventive qui devraient inspirer les efforts dans d’autres domaines tels que l’ingénierie, l’architecture, la médecine, le droit et les sciences sociales.

Une chose remarquable dans le design de mode était l’utilisation des ressources disponibles.

Alors que le marché local de l’habillement est saturé d’imitations bon marché de marques de luxe internationales telles que Louis Vuitton, Balenciaga, Gucci et Prada, aucune preuve de telles aspirations n’a été trouvée lors de la convention.

Les vêtements semblaient bruts et étaient en grande partie fabriqués à partir de matériaux locaux. Certains étaient fabriqués à partir de tissus recyclés et de vêtements de seconde main inondant le continent d’outre-mer.

De nombreux costumes ont été réparés, rapiécés, déchiquetés, troués et de la teinture s’est répandue dessus.

Le denim figurait en bonne place car il fonctionnait bien dans la création de pièces déconstruites à partir de vêtements réutilisés.

Certains ensembles incorporaient du coton uni noir ou blanc faisant allusion aux pratiques spirituelles de son utilisation par les sectes apostoliques et les chamanes traditionnels.

Les épingles de sûreté, les broches, les cravates et divers autres bibelots étaient fréquemment appropriés de manière inhabituelle.

Les vêtements étaient accessoirisés de perruques afro et de cheveux naturels, peignés, noués selon différents styles et ornés de divers objets symboliques tels que des cauris ou des chaînes à maillons.

D’autres portaient les cheveux coupés courts et teints en rose ou en blond platine.

Les longues tresses de cheveux synthétiques ne semblaient pas déplacées non plus.

Les boucles d’oreilles étaient portées dans divers modèles ethniques et sur plusieurs piercings.

Les styles n’étaient pas limités à un sexe spécifique puisqu’ils pouvaient être vus aussi bien sur les hommes que sur les femmes dans la foule hétéroclite.

La mode à la SS Fabrik Party n’était pas seulement une question de design, mais aussi de façon dont les vêtements sont assemblés pour créer un look significatif qui respire l’énergie.

Les vêtements qui dévoilent la poitrine pour hommes et les tenues féminines exposant une cuisse ou un décolleté sont généralement jugés trop érotiques dans la culture dominante du Zimbabwe.

À Harare, de telles idées fausses ont conduit à une mauvaise interprétation de l’orientation sexuelle et de la position morale des individus, entraînant des insultes, des insultes, du harcèlement et des agressions sexuelles.

Le SS Fabrik Party est une plateforme parfaitement adaptée pour contribuer à changer la perception du public et à libérer la mode comme moyen d’expression de soi.

Une jeune femme a apporté une touche de modernité à l’incontournable mode de la Saint-Valentin consistant à assortir une culotte rouge et un soutien-gorge en plaçant le soutien-gorge sur sa chemise blanche impeccable.

Au lieu d’être en bas et en dessous, le string en dentelle rouge a été élevé au rang de masque couvrant le nez et les lèvres, rappelant l’ère du COVID-19.

Le reste du look était composé de fils épais et de denim, fortement superposés pour un look asexué dépourvu de titillation.

Sans prononcer une syllabe, ce regard expérimental audacieux en disait long sur les perspectives socio-économiques et politiques de la jeunesse du pays.

Cet article est initialement publié sur newsday.co.zw

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img