12.2 C
London
Saturday, April 13, 2024

Des centaines d’enfants meurent de faim au Soudan, frappé par la guerre (ONG)

Le Caire : La famine a tué au moins 498 enfants et « probablement des centaines d’autres » au Soudan, quatre mois après le début d’une guerre entre généraux rivaux, a déclaré mardi Save the Children.
Le conflit entre l’armée du général Abdel Fattah Al-Burhan et les paramilitaires Forces de soutien rapide (RSF) commandées par Mohamed Hamdan Daglo a éclaté le 15 avril.
Environ 5 000 personnes ont été tuées, selon le Armed Conflict Location & Event Data Project, et plus de quatre millions ont été déracinées.
“Au moins 498 enfants au Soudan et probablement des centaines d’autres sont morts de faim, dont deux douzaines de bébés dans un orphelinat public”, a déclaré Save the Children dans un communiqué.
L’organisation caritative britannique a déclaré qu’elle avait été contrainte de fermer 57 de ses installations de nutrition depuis le début de la guerre et que les stocks étaient « extrêmement bas » dans les 108 qu’elle exploite encore.
« Jamais nous n’aurions imaginé voir un tel nombre d’enfants mourir de faim, mais c’est désormais la réalité au Soudan », a déclaré Arif Noor, directeur national de Save the Children au Soudan.
« Des enfants gravement malades arrivent dans les bras de mères et de pères désespérés dans les centres de nutrition à travers le pays et notre personnel n’a que peu d’options pour les traiter.
« Nous voyons des enfants mourir de faim qui aurait pu être évitée. »
Dans un communiqué publié la semaine dernière, les chefs de 20 organisations humanitaires internationales ont averti que « plus de six millions de Soudanais sont à un pas de la famine ».
Les violences se sont poursuivies mardi, principalement à Khartoum et au Darfour, une vaste région occidentale qui abrite un quart des 48 millions d’habitants du Soudan.
Les combats au Darfour se concentrent à Nyala, la deuxième ville du Soudan, où, selon les Nations Unies, au moins 60 personnes ont été tuées, 250 blessées et 50 000 depuis le 11 août.
L’armée a déclaré que son commandant avait été tué lundi.
Les camions transportant de l’aide n’ont pas pu accéder à Nyala, tandis que le seul hôpital encore en activité dans la capitale du Sud Darfour affirme être submergé de blessés.
La guerre s’est étendue ce mois-ci à El Fasher, capitale de l’État du Darfour Nord, avec au moins 27 localités incendiées par les RSF et les milices arabes alliées, selon le laboratoire de recherche humanitaire de l’école de santé publique de Yale.
« Personne ne les arrête. Les RSF se déplacent librement tandis que l’armée est tortueuse dans ses bases”, a déclaré à l’AFP Nathaniel Raymond, qui dirige le Lab.

Cet article est initialement publié sur arabnews.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img