14.3 C
London
Saturday, May 18, 2024

Des députés confrontent l’ambassadeur d’Iran en Nouvelle-Zélande à propos de la répression des manifestations

L’ambassadeur d’Iran en Nouvelle-Zélande a comparu jeudi devant des députés lors d’une réunion qui a souvent tourné au feu.

Lors d’un échange d’une heure avec des membres de la commission des affaires étrangères, de la défense et du commerce, Reza Nazarahari a défendu l‘Iran et la réponse de son régime aux manifestations qui ont englouti le pays depuis septembre.

Le député vert d’origine iranienne Golriz Ghahraman a confronté l’ambassadeur avec des photos de personnes qui ont été détenues ou exécutées en Iran, tandis que le député travailliste Ibrahim Omer a déclaré que les actions du régime iranien « entachaient » l’islam.

Les manifestations ont commencé après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée dans un hôpital de Téhéran quelques jours après avoir été arrêtée pour ne pas avoir respecté le code vestimentaire obligatoire de l’Iran.

L’Iran maintient que sa mort était due à une maladie cardiaque sous-jacente. Des centaines de personnes ont depuis été tuées en Iran et des milliers d’autres détenues. Sept manifestants ont également été exécutés.

La « police de la moralité » iranienne est récemment revenue dans la rue, réprimant les femmes qui refusent de porter le hijab.

Le gouvernement néo-zélandais a appliqué un certain nombre de sanctions à l’Iran, y compris des interdictions de voyager. Mais il n’a pas expulsé l’ambassadeur, afin de garder ouvertes les voies diplomatiques.

Nazarahari, qui a été nommé en avril, a accepté une invitation à parler au comité, avant de répondre aux questions. C’était la première fois qu’un responsable iranien se présentait devant des députés depuis le début des manifestations.

Le député travailliste Ibrahim Omer, qui est le seul député musulman du Parlement, a déclaré à l’ambassadeur que l’Iran utilisait l’islam comme un outil pour torturer, opprimer et tuer des femmes et des filles.

“Ce que nous avons vu en Iran, ce que nous avons vu dans les rues de Téhéran et d’autres villes, puis plus tard, les peines prolongées contre des défenseurs des droits humains pour s’être pacifiquement opposés au port du hijab, et puis tout ce qui s’en est suivi – exécutions, actes arbitraires arrestations, tortures et la liste est longue – tout cela au nom de l’islam et du hijab.”

Omer a déclaré que des membres de sa famille avaient choisi de porter le hijab et d’autres qui avaient choisi de ne pas le faire. Il a dit que ce qu’il voyait en Iran « entachait » l’Islam.

“Quand je vois que l’islam est entraîné là-dedans, cela me met en colère, cela me frustre, car je suis un musulman fier.”

Répondant à Omer, Nazarahari a déclaré que tous ceux qui ont été exécutés avaient commis un crime. Il a également nié que Mahsa Amini ait été délibérément tuée par la police.

« Vous dites qu’elle a été tuée ? Comment a-t-elle été tuée ? il a répondu.

“Nous ne l’avons pas tuée par balle. C’est une sorte d’accident qui s’est produit. Le premier jour, notre président a contacté sa famille, puis a créé une commission spéciale pour enquêter sur l’affaire.”

Il a ensuite comparé la mort d’Amini à celle de George Floyd aux États-Unis et de Nahel Merzouk en France.

Nazarahari a déclaré que les perceptions internationales de ce qui se passait en Iran étaient informées par les médias étrangers et que les protestations étaient alimentées par l’ingérence étrangère, qui cherchait à remplacer le régime iranien actuel par un autre. Il a également contesté le nombre de personnes qui avaient été tuées.

Golriz Ghahraman, dont la famille est arrivée en Nouvelle-Zélande en tant que réfugiés, a montré à l’ambassadeur des photos du rappeur emprisonné Toomaj Salehi, Mohammad Mehdi Karami et Seyyed Mohammad Hosseini, qui ont été exécutés pour avoir participé aux manifestations, et des journalistes emprisonnés Niloufar Hamedi et Elaheh Mohammadi.

Elle a également montré à Nazarahari une photo de Mahsa Amini allongée à l’hôpital avant de mourir.

“Elle n’est pas qu’un nom”, a déclaré Ghahraman.

Ghahraman a également présenté à l’ambassadeur une copie d’une lettre envoyée par le Parti Vert au Grand Ayatollah Khamenei en janvier, condamnant la réponse de l’Iran aux protestations.

Elle s’est adressée à l’ambassadeur en anglais puis en farsi.

“Votre régime commet des crimes contre l’humanité”, lui a-t-elle dit.

Nazarahari a mis les députés au défi de voir par eux-mêmes ce qui se passait en Iran.

“La réalité sur le terrain est autre chose. Venez en Iran, vous verrez comment les gens vivent”, a-t-il dit à Ghahraman – qui a répondu qu’elle ne pouvait pas le faire car elle était une réfugiée politique.

Le porte-parole des affaires étrangères de National, Gerry Brownlee, a déclaré qu’au cours de ses 27 années au Parlement, la seule fois où il s’était rendu sur son parvis pour soutenir une manifestation, c’était l’année dernière, pour rejoindre ceux qui protestaient contre la répression des manifestations en Iran.

“Il semble que le régime actuel en Iran dise ‘vous pouvez partir pacifiquement si vous êtes prêt à renoncer à vos demandes de liberté'”, a-t-il déclaré à l’ambassadeur.

Brownlee a déclaré que la Nouvelle-Zélande avait de bonnes relations avec l’Iran, ce qu’elle n’avait plus.

Interrogé par le député national Simon O’Connor, Nazarahari a évoqué la détention de deux Néo-Zélandais en Iran l’année dernière.

Les influenceurs Topher Richwhite et Bridget Thackwray ont été détenus pendant près de quatre mois avant d’être libérés.

Nazarahari a déclaré que Richwhite et Thackwray ont ignoré les panneaux, sont entrés dans une zone réglementée et ont pris des photos.

Mais il a rejeté toute suggestion selon laquelle le couple était des otages.

“Nous ne les arrêtons pas, nous avons juste pris leurs passeports.”

L’ambassadeur a attribué la durée de détention des Néo-Zélandais pour traiter les problèmes.

“Malheureusement, quand une affaire passe du côté de la sécurité, cela prend très longtemps. Moi-même, j’ai ce grief qu’il devrait y avoir un délai plus court pour mettre fin à ces affaires.”

L’ambassadeur a refusé de parler aux médias après l’audience du comité.

Cet article a été initialement publié sur rnz.co.nz

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img