12 C
London
Thursday, June 13, 2024

Israël affronte la France au sujet de la FINUL alors que le vote du Conseil de sécurité de l’ONU est retardé

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Gilad Erdan, a déclaré au Jerusalem Post qu’il craignait que l’adoption de la proposition française « puisse nuire gravement à la capacité de la FINUL à remplir son mandat ».

La bataille d’Israël pour contrecarrer la pression française au Conseil de sécurité des Nations Unies visant à restreindre les mouvements d’une force de maintien de la paix à sa frontière nord avec le Liban s’est déroulée jusqu’au bout mercredi.

Le Conseil de sécurité, composé de 15 membres, devait tenir son vote annuel pour prolonger le mandat sous lequel opèrent les forces de maintien de la paix – connues sous le nom de Force intérimaire des Nations Unies au Liban.

À la dernière minute, la réunion, prévue mercredi, a été reportée à jeudi. Il n’est pas clair si un consensus pourra être atteint parmi ses membres cette semaine, même si le mandat de la FINUL expire jeudi à minuit.

Il reste possible que le vote annuel de prolongation du mandat ait lieu la semaine prochaine.

L’ambassadeur auprès de l’ONU, Gilad Erdan, s’est déclaré mercredi préoccupé par le fait que l’adoption de la proposition française « pourrait nuire gravement à la capacité de la FINUL à remplir son mandat ».

« J’espère que le membre du Conseil de sécurité ne cédera pas à la pression d’une organisation terroriste désignée comme le Hezbollah, qui veut poursuivre son renforcement militaire illégal [à la frontière nord d’Israël], ce qui met en danger la stabilité de l’ensemble du pays. région, et pourrait faire des ravages au Liban à l’avenir », a-t-il déclaré au Jerusalem Post.

Les États-Unis, qui assurent ce mois-ci la présidence tournante du Conseil de sécurité de l’ONU, ont soutenu la position d’Israël.

Quelle est la proposition de la France pour la FINUL ?
Le dernier projet de proposition de la France, qui a été consulté par le Post, exige que la FINUL coordonne ses mouvements avec le gouvernement libanais. Israël, qui n’est pas membre du Conseil de sécurité de l’ONU, a travaillé activement à New York pour s’assurer qu’au moins neuf des 15 membres rejetteront ce projet en faveur du texte de l’année dernière, qui autorisait la force de 10 500 membres de la FINUL à opérer de manière indépendante.

Israël exprime depuis longtemps sa préoccupation quant au fait que la FINUL ne dispose pas du pouvoir nécessaire pour surveiller l’accumulation d’armes du Hezbollah à sa frontière. Israël est particulièrement préoccupé cette année en raison des frictions croissantes entre Tsahal et le Hezbollah au Nord. Certains Israéliens, dont Erdan, dans une interview à la radio militaire, ont déclaré que les frictions à la frontière nord rappellent la situation qui y prévalait avant le déclenchement de la Seconde Guerre du Liban en 2006.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant était mardi au siège de l’ONU à New York pour souligner avec des responsables sur place le danger croissant d’une flambée de violence entre Israël et le Hezbollah.

Erdan a déclaré au Post : « Il est important de se rappeler que récemment – avec l’encouragement de l’Iran – le Hezbollah a accru ses violations et son audace. Soit ils ont mal évalué la situation en Israël, soit ils veulent détourner l’attention de la course au nucléaire iranien.

Le Hezbollah et son secrétaire général, Hasan Nasrallah, « croient qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent », a-t-il déclaré.

“Ils se rapprochent de notre ligne rouge, et c’est pourquoi il était si important de mener cette bataille diplomatique”, a déclaré Erdan, ajoutant que le Conseil de sécurité “ne peut pas être autorisé à dégrader encore davantage les capacités de la FINUL”.

Cet article est initialement publié sur jpost.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img