14.3 C
London
Saturday, May 18, 2024

La France et le Kenya s’apprêtent à lancer une coalition Cop28 pour des taxes mondiales afin de financer l’action climatique

La France et le Kenya s’apprêtent à lancer un groupe de travail international sur la fiscalité lors de la Cop28 pour faire pression en faveur de nouveaux prélèvements afin de collecter davantage d’argent pour l’action climatique.

Les gouvernements sont en discussions avancées avec une poignée de pays européens et du Sud qui pourraient rejoindre la coalition à Dubaï, selon une source proche des négociations.

Le groupe de travail envisage d’envisager un large éventail d’options, notamment des prélèvements sur le transport maritime international, l’aviation, les transactions financières et les combustibles fossiles, selon Climate Home.

Chrysoula Zacharopoulou, ministre française du Développement, a déclaré que l’objectif est de parvenir à un accord sur des propositions spécifiques d’ici la Cop30, dans deux ans. Celles-ci pourraient ensuite être négociées au sein des institutions internationales compétentes, comme l’OCDE, l’ONU ou le G20, a-t-elle ajouté.

L’envoyé climatique de la Barbade, Avinash Persaud, a déclaré à Climate Home que le pays était « heureux de participer » à l’initiative.

Que peut-on taxer


De nombreux dirigeants nationaux et experts du climat considèrent les impôts comme l’une des sources de financement dites innovantes les plus prometteuses, susceptibles de contribuer à combler le déficit important dans l’apport de financements climatiques aux pays vulnérables.

« Le besoin de ressources supplémentaires au niveau international est primordial », a déclaré Persaud. « Le Fonds vert pour le climat, le nouveau fonds pour les pertes et dommages, ont tous besoin de ressources réelles se chiffrant en milliards de dollars et ils ne peuvent pas provenir aussi facilement des recettes fiscales existantes, nous avons donc besoin de revenus supplémentaires. »

Les taxes sur l’extraction de combustibles fossiles et les émissions de l’industrie maritime pourraient rapporter respectivement jusqu’à 210 et 60 milliards de dollars par an, selon une étude récente du Réseau Action Climat et de la Commission européenne.

Cependant, parvenir à un accord sur ces mesures est un défi politique et nécessiterait plusieurs années.

Alliance franco-kenyane


La dynamique politique s’est accélérée depuis le sommet financier mondial de Paris en juin dernier, lorsque 40 pays ont convenu d’examiner de nouvelles voies de fiscalité internationale, en se concentrant dans un premier temps sur les grands secteurs émetteurs de gaz à effet de serre.

S’exprimant à la fin de l’événement, le président français Emmanuel Macron a souligné l’importance d’une coordination mondiale. “Ça ne marche pas quand on le fait seul, les flux financiers vont ailleurs”, a-t-il déclaré.

Macron a trouvé un allié crucial en la personne du président kenyan William Ruto, qui a inscrit la question à l’ordre du jour du sommet africain sur le climat à Nairobi en septembre.

La déclaration finale de ce sommet a lancé l’idée d’un régime mondial de taxation du carbone, constitué de prélèvements sur le commerce des combustibles fossiles, le transport maritime et l’aviation, et potentiellement « augmenté » par une taxe mondiale sur les transactions financières (TTF).

Cadre général


Les gouvernements français et kenyan ont accéléré leurs efforts au cours des deux derniers mois pour former une large coalition, suscitant l’intérêt des pays, a déclaré à Climate Home une source proche du dossier.

Ceux qui soutiennent ce plan n’ont pas encore finalisé un cadre détaillé ni des objectifs spécifiques car ils ne veulent décourager aucun pays à ce stade précoce, ont-ils ajouté.

Le Français Zacharopoulou a déclaré lors du Forum de Paris sur la paix la semaine dernière que la coalition fournirait une analyse détaillée de chaque option fiscale et évaluerait dans quelle mesure elles sont acceptables pour les différents gouvernements.

“C’est une conversation sensible qui doit être menée avec la tête froide”, a-t-elle ajouté.

Sensibilité des pays en développement


De nombreux grands pays en développement se sont opposés à la taxation internationale liée au climat. Ils prétendent que cela fausserait les marchés, entraverait le développement et déplacerait la responsabilité de la réduction des émissions.

Le Brésil a mené la résistance d’un groupe de gouvernements à une taxe sur les émissions mondiales du secteur du transport maritime au sein de l’Organisation maritime internationale (OMI) plus tôt cette année.

Ils ont fait valoir qu’une telle taxe frapperait de manière disproportionnée les pays en développement et en particulier le Brésil, dont l’économie repose sur le transport sur de longues distances de produits lourds et de faible valeur.

Les pays ont finalement décidé d’étudier de nouvelles mesures « techniques » et « économiques » pour lutter contre les impacts climatiques du transport maritime, reportant ainsi leur décision à l’avenir.

Persaud a déclaré que le groupe de travail devra prêter une attention particulière à ces considérations. « Nous devons repenser les taxes sur les émissions du transport maritime et de l’aviation afin qu’elles ne constituent pas une taxe sur l’éloignement, ce qui est une préoccupation aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Rachel Owens, de la Fondation européenne pour le climat, qui participe à la mise en place du groupe de travail, a déclaré que les pays feront avancer les discussions « de manière équitable ».

« Cela signifie ne pas imposer de fardeau aux pays en développement et veiller à ce que tout impact négatif soit atténué », a-t-elle ajouté.

Cet article est initialement publié sur climatechangenews.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img