14.3 C
London
Saturday, May 18, 2024

La France qualifie la violence des colons israéliens de « politique de terreur »

La France a condamné la violence des colons israéliens en Cisjordanie occupée, la qualifiant de « politique de terreur » visant à déplacer les Palestiniens et exhortant les autorités israéliennes à protéger les Palestiniens de cette violence.

Les chiffres de l’ONU montrent que les attaques quotidiennes des colons ont plus que doublé depuis les attaques du Hamas contre Israël le 7 octobre et l’assaut qui a suivi contre l’enclave palestinienne de Gaza.

« Concernant la Cisjordanie, je voudrais exprimer la plus ferme condamnation de la France des violences perpétrées par les colons contre les Palestiniens », a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Anne-Claire Legendre.

« Une violence qui a pour objectif clair le déplacement forcé des Palestiniens et une politique de terreur. »

Elle a déclaré que les autorités israéliennes devaient prendre les mesures nécessaires pour protéger la population palestinienne et a averti que la politique de colonisation nuisait à la solution à deux États.

Le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Turk, a fait écho à ses propos.

S’exprimant jeudi à Genève, Turk s’est dit profondément préoccupé par l’intensification de la violence contre les Palestiniens en Cisjordanie.

Il a déclaré qu’il était clair que l’occupation israélienne devait prendre fin.

Cette année a déjà été la plus meurtrière depuis au moins 15 ans pour les habitants de Cisjordanie, avec quelque 200 Palestiniens et 26 Israéliens tués, selon les données de l’ONU.

Mais rien qu’au cours des trois semaines qui ont suivi l’attaque du 7 octobre, plus de 120 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués. Les affrontements avec les soldats ont causé la plupart des morts.

Israël a conquis la Cisjordanie lors de la guerre du Moyen-Orient en 1967 et est depuis sous occupation militaire, tandis que les colonies israéliennes ne cessent de s’étendre.

Les Palestiniens envisagent la Cisjordanie comme faisant partie d’un futur État indépendant comprenant également Gaza et Jérusalem-Est.

Le Français Legendre a également déclaré qu’environ la moitié des 100 tonnes d’aide que la France avait envoyées à Gaza étaient entrées dans l’enclave.

Elle a ajouté qu’il n’appartenait pas à Israël de décider de la future gouvernance de Gaza, qui, selon elle, devrait faire partie d’un futur État palestinien.

Cet article est initialement publié sur arabnews.pk

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img