12.2 C
London
Saturday, April 13, 2024

La Libye Peut-Elle Vraiment Doubler Sa Production Pétrolière ?

Avant le limogeage de son dirigeant de longue date, Mouammar Kadhafi, en 2011, la Libye pouvait facilement produire environ 1,65 million de barils par jour (bpj) de pétrole brut léger et non corrosif, principalement de haute qualité. La production avait alors suivi une tendance à la hausse, contre environ 1,4 million de bpj en 2000, et le pays disposait encore d’environ 48 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole brut – les plus importantes d’Afrique. Bien que ce niveau de production soit bien inférieur aux niveaux de pointe de plus de 3 millions de bpj atteints à la fin des années 1960, la National Oil Corporation (NOC) avait des plans en place avant 2011 pour déployer des techniques de récupération assistée du pétrole (EOR) afin d’augmenter la production de pétrole brut. dans les champs de pétrole en maturation. Ces plans ont été suspendus en raison d’une augmentation des hostilités sectaires à travers le pays, mais ils sont maintenant de retour. Un nouveau « Bureau des programmes stratégiques » (SPO) a été créé par le NOC et il orchestrera une augmentation de la capacité de production de la Libye à 2 millions de bpj au cours des trois à cinq prochaines années, selon un récent commentaire du président du NOC, Farhat Bengdara.

La clé de la réussite de ce plan sera l’investissement des compagnies pétrolières internationales (COI), mais il existe une base d’intérêt de la COI sur laquelle s’appuyer. Avant la destitution de Kadhafi en 2011, de nombreux IOC de haut niveau opéraient en Libye ou avaient l’intention de le faire. Compte tenu de la guerre civile qui fait rage depuis la destitution de Kadhafi, ce nombre a diminué, mais quelques IOC robustes sont toujours là, se concentrant actuellement sur le gaz libyen. L’une de ces entreprises est l’italien Eni, qui – avec le français TotalEnergies et les britanniques BP et Shell – a été à l’avant-garde des efforts de l’Europe pour garantir des approvisionnements énergétiques alternatifs à ceux de la Russie, après l’invasion de l’Ukraine en 2022. Le gouvernement de Rome s’est engagé à éliminer le gaz russe d’ici 2025 et, à cette fin, a annoncé plusieurs nouvelles mesures à court et moyen terme pour stimuler le gaz naturel liquéfié (GNL) et les flux de gazoducs provenant d’autres sources.

Récemment, le géant italien du pétrole et du gaz a signé un accord avec la NOC qui lui permettrait d’investir environ 8 milliards de dollars américains pour produire environ 850 millions de pieds cubes par jour (mmcf/j) à partir de deux gisements de gaz offshore en mer Méditerranée. L’accord – comme l’a déclaré Bengdara du NOC – impliquerait le renouvellement d’un accord existant initialement conclu en 2008. Eni produit actuellement du gaz en Libye à partir de ses champs Wafa et Bahr Essalam exploités par Mellitah Oil & Gas, une joint-venture entre la société italienne et le CNO. Selon Eni, le gaz des gisements est transporté vers l’Italie par le gazoduc Green Stream de 520 kilomètres et 8 milliards de mètres cubes par an (bcm/an) qui traverse la mer Méditerranée et atterrit à Gela en Sicile. Ces flux de gaz ont été interrompus au début de l’année en raison d’une maintenance imprévue du complexe de Mellitah, selon Eni, mais ont depuis été rétablis à pleine capacité. Il se peut donc que l’Italie cherche à assurer la stabilité de ses approvisionnements en gaz depuis la Libye grâce à de nouveaux investissements de ses principales sociétés pétrolières et gazières dans le pays et, plus largement, dans d’autres fournisseurs cibles de la région.

Avant cela, Bengdara avait également déclaré qu’il s’attendait à ce qu’un programme distinct de forage offshore et onshore démarre dans les prochains mois, sous la direction non seulement d’Eni mais aussi de BP et de TotalEnergies. En avril 2021, lors d’une rencontre entre le président de la NOC, Mustafa Sanalla, et le directeur général de TotalEnergies, Patrick Pouyanne, la société française a accepté de poursuivre ses efforts pour augmenter la production de pétrole du géant Waha, Sharara, Mabruk et champs pétrolifères d’Al Jurf d’au moins 175 000 bpj. Il a également convenu de faire du développement des champs pétrolifères de la concession Waha North Gialo et NC-98 une priorité, selon la NOC. Les concessions de Waha – dans lesquelles Total a pris une participation minoritaire en 2019 – ont la capacité de produire ensemble au moins 350 000 bpj, selon la NOC. Le NOC a ajouté que la société française “contribuerait également à l’entretien des équipements en décomposition et des lignes de transport de pétrole brut qui doivent être remplacées”.

Cela dit, les risques sécuritaires et financiers pour les IOC travaillant en Libye restent exceptionnellement élevés. Indépendamment de l’appareil gouvernemental décousu et de la guerre civile en cours, la menace de nouveaux cas de force majeure mis en œuvre dans les principaux centres pétroliers et gaziers du pays reste omniprésente et ne devrait pas diminuer de si tôt. La cause profonde de cela remonte au manque de clarté de l’accord du 18 septembre 2020 quant à la répartition des fonds du secteur gazier et pétrolier libyen entre les différentes factions politiques belligérantes.

À cette date, il y a un peu plus de deux ans, un accord a été conclu entre Khalifa Haftar, le commandant de l’Armée nationale libyenne (LNA) rebelle, et des éléments du gouvernement d’entente nationale (GNA) reconnu par les Nations Unies. Dans l’accord, Haftar a clairement indiqué que la levée du blocus pétrolier alors en place ne durerait pas à moins qu’un cadre précis ne soit convenu sur la manière précise dont les revenus pétroliers seraient désormais répartis entre les différents groupes. Un tel cadre n’a toujours pas été convenu et l’échec à le faire a entraîné une série de blocages de divers ports et installations. Ceux-ci comprenaient la plupart des opérations de Brega à 60 000 bpj et le port de Zueitina, avec des chargements de brut en moyenne d’environ 90 000 bpj. La production s’est également arrêtée à Abuatufol, Al-Intisar, Anakhla et Nafura. Juste avant cela, le champ de Sharara dans l’ouest du pays, qui peut pomper environ 300 000 bpj, a également été fermé et avant cela, le champ pétrolier d’El Feel, qui produit 70 000 bpj, a été fermé.

À divers autres moments depuis lors, des scènes farfelues ont émergé au sommet de la structure politique du pays. En juillet de l’année dernière, le Premier ministre du GNU, Abdul Hamid Dbeibah, a remplacé le très respecté Mustafa Sanalla en tant que président du CNO par Bengdara, qui est un associé et ami de longue date de Dbeibah. Sanalla – qui avait reçu le soutien des deux organes législatifs opposés de la Libye – a rejeté l’autorité de Dbeibah de le limoger et a averti Dbeibah de ne pas toucher au NOC ou aux revenus pétroliers et aux contrats qu’il gère. Bengdara a ensuite tenu sa propre conférence de presse au siège du NOC et a reçu le soutien de deux grandes sociétés affiliées au NOC – Al Waha Oil et Arabian Gulf Oil – avant qu’Al Waha ne supprime son message de soutien. Tout cela fait suite à la tentative ratée de Fathi Bashagha – nommé Premier ministre du « gouvernement alternatif » dans l’est du pays trois mois auparavant – de prendre le pouvoir à Tripoli. Cela s’est produit au milieu du refus continu du Dbeibah – qui a été nommé dans le cadre d’un processus dirigé par les Nations Unies en 2021 – de céder le pouvoir jusqu’à ce qu’un gouvernement dûment élu soit élu par le peuple libyen.

Il se pourrait que la nécessité pour l’Occident de continuer à garantir des approvisionnements énergétiques alternatifs loin de la Russie puisse conduire à des pressions exercées sur le NOC et les diverses factions politiques qui sèment le chaos en Libye. La clé pour cela serait enfin de faire avancer les termes de l’accord initial de septembre 2020 signé par Haftar et Maiteeq qui prévoyait la formation d’un comité technique conjoint pour gérer les décaissements de l’argent du pétrole. Selon la déclaration officielle de l’époque sur le rôle du comité technique proposé : “Il supervisera les revenus pétroliers et assurera la répartition équitable des ressources… et contrôlera la mise en œuvre des termes de l’accord”. Afin de répondre au fait que le GNA contrôle effectivement la NOC et, par extension, la Banque centrale de Libye (dans laquelle les revenus sont physiquement détenus), le comité devrait également « préparer un budget unifié qui répond aux besoins de chaque partie… et la conciliation de tout différend sur les allocations budgétaires… et exigera de la Banque centrale [de Tripoli] qu’elle couvre les paiements mensuels ou trimestriels approuvés dans le budget sans délai, et dès que le comité technique mixte demande le virement.

Cet article a été initialement publié surmarkets.businessinsider.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img