11.2 C
London
Thursday, May 16, 2024

La Syrie rouvre un corridor d’aide clé après le veto russe à l’accord de l’ONU

La Syrie laissera passer l’aide humanitaire par son principal point de passage frontalier dans les zones tenues par les rebelles, rouvrant un conduit qui s’était fermé après une impasse au Conseil de sécurité des Nations Unies , a déclaré l’ambassadeur du pays à l’ONU.

Damas a pris une “décision souveraine” de laisser l’aide se déplacer par voie terrestre depuis la Turquie via le point de passage de Bab al-Hawa dans le nord-ouest de la Syrie pendant six mois à compter de jeudi, a déclaré l’ambassadeur Bassam Sabbagh aux journalistes.

Il a déclaré jeudi avoir envoyé une lettre à cet effet au secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et au conseil de sécurité. Un porte-parole de Guterres, Stéphane Dujarric, a déclaré que l’ONU étudiait la lettre de Sabbagh.

La Russie a été accusée d'”acte de cruauté totale” après avoir utilisé son veto du Conseil de sécurité de l’ONU pour bloquer un renouvellement de neuf mois du corridor d’aide, conçu pour aider 4 millions de personnes vivant dans le nord-ouest de la Syrie, tenue par les rebelles.

“La priorité doit être de redonner de l’aide, rapidement, aux personnes qui en ont besoin – puis d’avoir une certitude quant à son avenir”, a déclaré l’ambassadrice britannique Barbara Woodward, qui préside le conseil de sécurité pour le mois de juillet. annonce de l’ambassadeur de Syrie.

“Mais sans la surveillance de l’ONU, le contrôle de cette bouée de sauvetage critique a été remis à l’homme responsable de la souffrance du peuple syrien”, a-t-elle ajouté.

Woodward a déclaré qu’en vertu de l’ancien arrangement de l’ONU, l’aide passant par Bab al-Hawa était soumise à une surveillance “de référence” pour s’assurer que l’aide n’était pas détournée des personnes dans le besoin.

Grâce à un accord qui a débuté en 2014, l’ONU achemine en grande partie des secours au nord-ouest de la Syrie via la Turquie voisine via le point de passage de Bab al-Hawa.

Mais un accord de l’ONU permettant à ce mécanisme de fonctionner – sans l’autorisation de Damas – a expiré lundi.

La Russie a opposé son veto à une prolongation de neuf mois de l’accord mardi, puis n’a pas réussi à rassembler suffisamment de voix pour adopter une prolongation de six mois, lors d’un vote au siège de l’ONU à New York.

Alors que le point de passage de Bab al-Hawa a été fermé, deux autres points de passage sont restés opérationnels.

Le président syrien, Bashar al-Assad, les a ouverts après un tremblement de terre en février qui a tué des dizaines de milliers de personnes en Turquie et dans le nord-ouest de la Syrie. Mais 85% de l’aide atteignant les zones tenues par les rebelles passait par Bab al-Hawa.

Damas dénonce régulièrement les livraisons d’aide comme une violation de sa souveraineté, et la Russie réduit l’accord depuis des années.

Moscou est un allié majeur de Damas, et son intervention en Syrie depuis 2015 a contribué à renverser la vapeur en faveur du régime.

Le conflit en Syrie a tué plus de 500 000 personnes, déplacé des millions de personnes et mis à mal les infrastructures et l’industrie du pays.

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img