12.2 C
London
Saturday, April 13, 2024

L’Allemagne et la France parviennent enfin à un compromis sur le nucléaire

Si vous pensez que l’énergie nucléaire doit jouer un rôle dans le mix énergétique, prêtez attention à l’accord nucléaire conclu en octobre dernier entre l’Allemagne et la France.

Voici le contexte, simplifié. La France dépend fortement de l’énergie nucléaire produite par la société publique EDF. Les centrales nucléaires françaises existantes nécessiteront des améliorations majeures et les centrales en construction sont extrêmement coûteuses. Le gouvernement français souhaite subventionner son programme nucléaire, mais d’autres pays de l’Union européenne (UE) (notamment l’Allemagne) s’y sont opposés, car les subventions publiques ne sont pas dans l’esprit des marchés énergétiques de l’UE. Le marché devrait déterminer les prix et les moyens appropriés pour répondre à la demande, affirment les opposants. (Peut-être devrions-nous noter que dépendre du marché libre pour régler tout cela est l’une des principales raisons pour lesquelles le secteur énergétique européen est dans un tel désordre. Le marché, qui fixe les prix à l’avance, ne regarde pas trop loin et ne semble pas prendre en compte les prix. compte de sujets aussi insignifiants que la sécurité nationale ou le changement climatique. Désolé pour l’éditorial.)
Eh bien, les Chinois comme les Américains ont lancé d’énormes programmes de subventions destinés à produire davantage d’énergie sans carbone et davantage de produits électrifiés. Les Européens ont pris conscience de la probabilité que leurs entreprises non subventionnées soient confrontées à la concurrence de concurrents chinois et américains fortement subventionnés. En outre, les entreprises européennes qui étudiaient ces subventions américaines ont commencé à envisager de déménager leurs installations aux États-Unis pour pouvoir bénéficier de ces subventions. Alors, que font les États favorables au marché face à une concurrence subventionnée ? Laissent-ils leurs entreprises locales perdre face à des concurrents subventionnés et se plaignent-ils de l’injustice de tout cela, ou instituent-ils leur propre système de subventions ? Eh bien, vous avez bien deviné cette réponse. ils subventionnent

Mais pourquoi ces centrales nucléaires européennes nécessitent-elles une attention particulière ? Trois raisons. Premièrement, comme la plupart des coûts d’exploitation nucléaires sont fixes, les investisseurs n’investiront pas dans le nucléaire à moins qu’ils ne puissent percevoir un flux régulier de revenus pour couvrir ces coûts fixes en capital. Les investisseurs ne veulent pas dépendre des revenus variables que produirait un marché quotidien de l’électricité. Deuxièmement, les centrales nucléaires peuvent apporter à la société des avantages allant au-delà de ceux payés par le marché, comme une sécurité nationale améliorée ou une réduction des émissions de carbone. Quelqu’un doit payer pour ces prestations. Mais pas d’une manière qui donnerait une mauvaise image du marché. Troisièmement, les risques liés à la construction d’une grande centrale nucléaire sont trop grands pour qu’une entreprise privée puisse les entreprendre. Le gouvernement doit donc intervenir pour financer le projet.

Allemands et Français se sont emparés d’une solution utilisée au Royaume-Uni depuis un quart de siècle pour donner l’apparence d’un marché fonctionnel : le contrat de différence. Cela fonctionne comme ça. Le producteur d’électricité fixe un prix d’exercice avec l’acheteur (qui a signé un accord pluriannuel pour acheter l’électricité). Lorsque le prix du marché que le producteur peut percevoir dépasse le prix d’exercice, le producteur doit rembourser le surplus à l’acheteur. Lorsque le prix du marché tombe en dessous du prix d’exercice, l’acheteur doit reverser la différence au producteur. Voici maintenant la clé de l’accord. Le prix d’exercice ne résulte pas des forces du marché mais plutôt des revenus nécessaires pour couvrir le coût de construction ou d’entretien d’une unité nucléaire, auquel les acheteurs ne peuvent se soustraire à moins que l’arme nucléaire ne cesse de fonctionner. En fin de compte, l’État fixe le prix et détermine les termes de ce qui est en réalité un contrat fixe à long terme conclu avec un acheteur qui n’a d’autre choix que d’acheter. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’une transaction commerciale, car sur les marchés libres, les acheteurs ont le choix : acheter ou ne pas acheter.

Pour nous, cet accord, s’il obtient l’approbation de l’UE, signifie que l’UE reconnaît pleinement que le choix de l’énergie nucléaire est une décision politique. Et le développement de l’énergie nucléaire nécessite des actions gouvernementales et un soutien financier explicite de la part du gouvernement. Cela clarifie les choses. Voyons maintenant ce que font les décideurs politiques.

Cet article est initialement publié sur oilprice.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img