6.8 C
London
Thursday, December 7, 2023

L’allié Econduit Derrière La Crise Des Retraites De Macron

Aucun président français n’a fait passer des réformes en ignorant le syndicat CFDT de Laurent Berger.

Veuillez utiliser les outils de partage trouvés via le bouton de partage en haut ou à côté des articles. Copier des articles pour les partager avec d’autres est une violation des conditions générales et de la politique de copyright de FT.com. Envoyez un e-mail à licensing@ft.com pour acheter des droits supplémentaires. Les abonnés peuvent partager jusqu’à 10 ou 20 articles par mois en utilisant le service d’articles cadeaux.

Si le président français Emmanuel Macron veut vraiment mettre fin à la crise qu’il a déclenchée en imposant des réformes impopulaires des retraites, il y a une personne qu’il devrait avoir en numéro abrégé : le dirigeant syndical Laurent Berger.

Agé de 54 ans, Berger à la voix douce dirige la CFDT, le plus grand syndicat du pays et aussi le plus réformateur. Contrairement aux syndicats extrémistes ou à la frange anticapitaliste radicale, Berger défend une position plus nuancée selon laquelle la France a besoin de réparer son système de retraite coûteux et complexe.

Le couple se connaît depuis 2012, lorsque Macron était un jeune membre du personnel de la campagne présidentielle de François Hollande. Ils s’adressent toujours avec le tu familier dans la conversation, généralement une violation du protocole lorsqu’ils parlent à un président. Mais la relation s’est gelée ces dernières années, selon des personnes qui les connaissent, ce qui rend désormais difficile la construction de ponts.

Alors que les syndicats organisent une autre manifestation nationale mardi, l’Elysée ferait bien de rappeler une vieille maxime de la politique française : aucun président ne peut réformer le système des retraites sans l’aide de la CFDT.

Au cours des 30 dernières années, c’est devenu un rite de passage pour les présidents français de proposer des changements et de faire face à une réaction violente dans les rues. Mais les prédécesseurs de Macron ont tous fait passer les réformes – François Hollande, Nicolas Sarkozy et, dans une moindre mesure, Jacques Chirac – soit avec le soutien de la CFDT, soit en essayant de s’assurer que le syndicat ne serait pas dans une position d’hostilité pure et simple.

En fait, la CFDT de Berger a aidé à concevoir et à soutenir la dernière tentative de réforme plus ambitieuse de Macron en 2019, qui a été abandonnée à cause du Covid-19. Pour rendre le système plus équitable, il a proposé de passer de 42 régimes à un système basé sur des points.

Veuillez utiliser les outils de partage trouvés via le bouton de partage en haut ou à côté des articles. Copier des articles pour les partager avec d’autres est une violation des conditions générales et de la politique de copyright de FT.com. Envoyez un e-mail à licensing@ft.com pour acheter des droits supplémentaires. Les abonnés peuvent partager jusqu’à 10 ou 20 articles par mois en utilisant le service d’articles cadeaux.

Mais Berger s’est fermement opposé à la deuxième tentative du président – un plan plus simple mais plus sévère visant à réparer les finances du système en relevant l’âge minimum de la retraite de 62 à 64 ans et en obligeant les gens à travailler 43 ans au lieu de 41 pour une pension complète.

“Rien aujourd’hui ne justifie l’utilisation de cette approche, qui est la plus injuste et la plus brutale”, a-t-il déclaré dans une interview, pointant les problèmes des travailleurs ayant des emplois physiquement exigeants et ceux qui commencent jeunes. “Les finances du système ne sont pas gravement menacées en ce moment”, a-t-il ajouté, bien que la démographie défiera le système par répartition dans les décennies à venir.

Depuis janvier, Berger est également l’adulte dans la salle de la soi-disant inter-syndicale – le groupe de huit syndicats nationaux travaillant ensemble pour s’opposer à la réforme des retraites de Macron. Il s’est opposé à une grève générale et a appelé à la place à une série de manifestations de masse tous les quinze jours. Ces manifestations étaient pacifiques et ont attiré des millions de personnes.

Berger a également averti le gouvernement plus tôt ce mois-ci que l’utilisation de la clause 49.3 pour adopter le projet de loi sur les retraites sans vote serait “dangereuse” et risquerait d’enflammer les protestations. C’est exactement ce qui s’est passé depuis la décision de Macron d’utiliser la clause pour passer outre les législateurs au début du mois, déclenchant une vague de protestations plus violentes et imprévisibles.

Longtemps méfiant à l’égard des syndicats qu’il considère comme résistants au changement et non représentatifs, Macron a peut-être pensé qu’il pouvait ignorer Berger et se contenter de forcer ses réformes. Ce pari n’a pas payé.

C’est un rappel de ce que certains experts du travail appellent « le paradoxe français ». Bien que la France ait l’un des pourcentages les plus faibles de membres syndiqués de l’OCDE – 11% des salariés contre 34% en Italie, 23% au Royaume-Uni ou 17 en Allemagne – ses syndicats pèsent toujours plus lourd. Ce qu’ils négocient avec les employeurs s’applique à tout le monde. Plus de 98 pour cent des travailleurs sont couverts par une convention collective – le taux le plus élevé de l’OCDE et comparé à 28 pour cent au Royaume-Uni et 58 pour cent en Allemagne.

Veuillez utiliser les outils de partage trouvés via le bouton de partage en haut ou à côté des articles. Copier des articles pour les partager avec d’autres est une violation des conditions générales et de la politique de copyright de FT.com. Envoyez un e-mail à licensing@ft.com pour acheter des droits supplémentaires. Les abonnés peuvent partager jusqu’à 10 ou 20 articles par mois en utilisant le service d’articles cadeaux.

Ainsi, tant dans les bureaux que dans les usines, les syndicats comptent toujours même si leur adhésion a lentement diminué depuis les années 1980. Ils ont également toujours la capacité de faire sortir les masses dans les rues de manière pacifique. « Nous avons le pouvoir de mobiliser beaucoup de monde, mais nous avons trop peu d’adhérents », admet Berger.

Au cours du week-end, l’un des principaux lieutenants de Macron à l’Elysée a appelé Berger pour “prendre la température” et discuter des moyens de sortir de la crise. Un jour après des protestations enflammées, Berger avait lancé l’idée que Macron mette la réforme “en pause” pendant six mois pour permettre la négociation.

Bien que Macron ait remercié Berger pour son “esprit de responsabilité”, il a rapidement rejeté cette idée, insistant sur le fait qu’il ne rencontrerait les syndicats que sur d’autres réformes distinctes pour améliorer le monde du travail. Pour l’instant, le président et Berger se parlent encore.

Cet article est initialement publié sur ft.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img