17.1 C
London
Saturday, April 13, 2024

L’ambassadeur de France au Niger rentre à Paris après des semaines de tensions

L’ambassadeur de France au Niger a atterri mercredi à Paris, après des semaines de tensions avec le régime post-coup d’État de ce pays d‘Afrique de l’Ouest qui a exigé son expulsion.

La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a rencontré Sylvain Itte “pour le remercier ainsi que ses équipes pour son travail au service de notre pays dans des conditions difficiles”, a indiqué le ministère dans une déclaration écrite à l’AFP.

Le retour de l’ambassadeur intervient deux mois après qu’un coup d’État au Niger ait renversé son président pro-Paris et provoqué une détérioration des relations entre la France et son ancienne colonie, les nouveaux dirigeants du Niger exigeant son départ.

Itte a quitté Niamey avec six collègues “vers 4 heures du matin” (03 heures GMT), avait indiqué à l’AFP une source diplomatique.

Dimanche, le président français Emmanuel Macron avait annoncé dans une interview télévisée que l’ambassadeur partirait “dans les prochaines heures”.

Les chefs militaires du Niger – qui ont renversé le président démocratiquement élu Mohamed Bazoum le 26 juillet – ont salué cette annonce.

Né à Bamako, la capitale malienne, en 1959, Itte était ambassadeur au Niger depuis un an.

Sa carrière diplomatique s’étend sur 35 ans et il était auparavant ambassadeur en Uruguay et en Angola.

“Retour à l’ordre constitutionnel”

La junte avait demandé à Itte de quitter le pays après avoir renversé Bazoum et retiré l’immunité diplomatique et le visa de l’envoyé.

Mais un ultimatum de 48 heures lui a été imposé en août, alors qu’il était toujours en place, le gouvernement français ayant refusé de s’y conformer ou de reconnaître la légitimité du régime militaire.

Paris avait déclaré que seul le gouvernement déchu de Bazoum pouvait ordonner le départ de l’envoyé.

Le bureau de Macron a réitéré mercredi le soutien de la France au président déchu.

Il avait déclaré à Hassoumi Massaoudou, ministre des Affaires étrangères du gouvernement renversé, que la France continuerait à œuvrer “pour un retour à l’ordre constitutionnel au Niger”, a indiqué l’Elysée.

Macron a également annoncé dans son interview télévisée dominicale que les troupes françaises se retireraient du Niger dans « les mois et semaines à venir » avec un retrait complet « d’ici la fin de l’année » – une autre exigence du régime nigérien.

Le président français, qui cherchait à faire du Niger un allié privilégié, a déclaré que la coopération militaire était “terminée”.

La France maintient environ 1 500 soldats dans son ancienne colonie ouest-africaine dans le cadre d’un déploiement antijihadiste au Sahel.

Le coup d’État contre Bazoum était le troisième putsch de ce type dans la région en autant d’années, après des actions similaires dans les anciennes colonies françaises du Mali et du Burkina Faso en 2021 et 2022, respectivement.

Les coups d’État précédents ont également forcé le retrait des troupes françaises.

Le dirigeant déchu « retenu en otage »

Macron a déclaré dimanche que les autorités nigériennes post-coup d’État “ne voulaient plus lutter contre le terrorisme”.

Il a également réaffirmé la position de la France selon laquelle Bazoum était retenu « en otage » et restait la « seule autorité légitime » dans le pays.

Le président élu est resté confiné au palais présidentiel avec son épouse et son fils.

La junte a salué l’annonce de Macron dimanche comme “un nouveau pas vers la souveraineté”, mais a déclaré que le calendrier du retrait militaire “doit être fixé dans un cadre négocié et d’un commun accord”.

Le Niger, comme le Burkina Faso et le Mali, est la cible d’attaques jihadistes depuis plusieurs années.

Ces dernières semaines, des dizaines de milliers de personnes ont participé à des manifestations et rassemblements à Niamey pour réclamer le retrait des troupes françaises du pays.

Les États-Unis, qui disposent d’environ 1 100 militaires au Niger, ont déclaré qu’ils « évalueraient » leurs futures mesures face à la crise suite à l’annonce de la France.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, lors d’un voyage en Angola mercredi, a déclaré que Washington continuerait à soutenir les armées « dirigées par des civils » en Afrique.

“Lorsque des généraux renversent la volonté du peuple et placent leurs propres ambitions au-dessus de l’État de droit, la sécurité en souffre”, a-t-il déclaré, dénonçant les “autocrates” qui “sapent des élections libres et équitables”.

Le secrétaire américain à la Défense n’a nommé aucun pays, mais ses commentaires semblent faire clairement référence au Niger.

Cet article est initialement publié sur newarab.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img