14.3 C
London
Saturday, May 18, 2024

L’ancien dirigeant thaïlandais Thaksin emprisonné à son retour d’exil

Thaksin a atterri dans un jet privé à l’aéroport Don Mueang de Bangkok à 9 heures du matin, heure locale, accueilli par des centaines de partisans des Chemises rouges brandissant des banderoles et chantant des chansons.

Il est sorti brièvement du terminal pour s’incliner et offrir une guirlande de fleurs devant un portrait du roi Maha Vajiralongkorn en signe de respect avant de saluer la foule.

L’homme de 74 ans a été traduit directement devant la Cour suprême, où il a été condamné à huit ans de prison pour trois condamnations prononcées en son absence.

L’un lié à son ancienne société Shin Corp, un autre lié à un prêt bancaire et une affaire de loterie.

Thaksin a déclaré qu’il était prêt à faire face à la justice afin de rentrer chez lui et de voir ses petits-enfants – même s’il a longtemps soutenu que les accusations criminelles portées contre lui étaient politiquement motivées.

Le moment choisi pour le retour de Thaksin, alors que son parti est sur le point de prendre le pouvoir, a conduit de nombreuses personnes à spéculer qu’un accord en coulisses avait été conclu pour lui permettre de bénéficier de la clémence pendant la durée de sa peine de prison.

Quelques heures seulement après son arrivée à Bangkok, le Parlement a commencé à voter pour approuver ou non le magnat des affaires Srettha Thavisin au poste de Premier ministre à la tête d’une coalition dirigée par le parti Pheu Thai – la dernière incarnation du mouvement politique de Thaksin.

Influent, bien-aimé


Malgré sa longue absence du pays, Thaksin reste l’homme politique thaïlandais le plus influent et le plus controversé des temps modernes.

Sa carrière comprend deux victoires électorales, une défaite lors d’un coup d’État, des accusations criminelles et de longues années d’exil volontaire à Dubaï.

Apprécié par les ruraux pauvres pour ses politiques incluant des soins de santé bon marché et le salaire minimum, il est injurié par l’élite pro-militaire et royaliste qui considère son régime comme corrompu, autoritaire et une menace pour l’ordre social thaïlandais.

Le pays est en proie à des troubles politiques depuis que Thaksin a été renversé lors du coup d’État de 2006 et qu’une grande partie de sa fortune a été saisie par décision de justice.

Des dizaines de milliers de partisans pro-Thaksin et rivaux pro-establishment sont descendus dans les rues qui ont inondé Bangkok dans une marée écarlate en 2009 et 2010 pour exiger de nouvelles élections.

Ces manifestations se sont terminées par une répression militaire qui a fait près de 100 morts et réduit en ruines certaines parties du centre-ville de Bangkok.

Partenariat délicat


Les partis liés à Thaksin ont dominé les élections depuis 2001 jusqu’à cette année, lorsque le parti progressiste Move Forward (MFP) a remporté le plus de sièges lors des élections de mai.

Mais le leader du MFP, Pita Limjaroenrat, a vu sa candidature au poste de Premier ministre échouer par les sénateurs conservateurs nommés par la junte, effrayés par la détermination de son parti à réformer les lois sur les insultes royales et à s’attaquer aux monopoles commerciaux.

Après le retrait du MFP, Pheu Thai a concocté une coalition controversée d’une douzaine de partis, dont ceux des anciens putschistes qui ont évincé la sœur de Thaksin, Yingluck, du poste de Premier ministre en 2014.

Ce partenariat a indigné de nombreux partisans de Pheu Thai.

Aaron Connelly, un expert politique de l’Asie du Sud-Est à l’Institut international d’études stratégiques, a déclaré que le parti s’attendrait à des récompenses.

“S’il (Thaksin) n’obtient pas une grâce royale dans un certain délai, alors ils pourraient commencer à se demander s’ils n’ont pas rejoint une coalition sous de faux prétextes”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Cet article est initialement publié sur rfi.fr

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img