14.3 C
London
Saturday, May 18, 2024

Le gouvernement français avertit que l’AfD allemande est “un péril pour la stabilité européenne”

L’AfD d’extrême droite allemande, dont le congrès du parti ce week-end a affirmé que l’UE a « échoué », est « fondée sur la haine » et cherche à « détruire ce qui existe déjà », a déclaré lundi 7 août la ministre française de l’UE Laurence Boone.

Les membres du parti allemand Alternative für Deutschland (AfD) se sont réunis au cours de deux week-ends successifs (29-30 juillet et 5-6 août) pour adopter une plate-forme politique commune avant les élections européennes de 2024. L’eurodéputé eurosceptique de premier plan de l’AfD, Maximilian Krah, a été élu la semaine dernière pour diriger la campagne du parti.

Les conclusions du congrès, publiées dimanche 6 août, ont décrit le projet de l’UE comme un “échec”, appelant à la place à une “fédération des nations de l’UE”. Le parti n’a cependant pas appelé à la «dissolution» de l’UE – une position radicale exprimée dans un projet antérieur.

L’AfD devrait être particulièrement performant lors des prochaines élections européennes de 2024, se classant deuxième à droite après la CDU conservatrice de droite et loin devant le parti SDP de centre-gauche de l’actuel chancelier Olaf Scholz.

Les conclusions du congrès, ainsi que la position relativement forte du parti dans les sondages, ont suscité l’inquiétude en France, le ministre Boone déclarant à la chaîne de télévision LCI quelques heures après la publication des conclusions que l’extrême droite allemande était “fondée sur la haine d’un bouc émissaire”.

Elle a critiqué la position “pro-russe, pas pro-ukrainienne” du parti : “La Russie est prête à affamer les pays africains pour déstabiliser le monde, [et le soutien de l’AfD au Kremlin] est inquiétant”, a-t-elle déclaré, ajoutant sur X (anciennement Twitter) que le parti est un « péril pour la stabilité européenne ».

Le parti a toujours été sceptique quant aux sanctions de l’UE imposées au régime russe à la suite de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie en février 2022. Cette position est partagée par leurs homologues français d’extrême droite du Rassemblement national (RN), accusés d’avoir « liens particuliers » avec la Russie, dans un rapport parlementaire français publié en juin.

L’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), une ONG, a révélé en février 2023 que les membres de l’AfD étaient considérés par le Kremlin comme pro-russes et utilisés pour diffuser un récit positif de l’annexion de la Crimée par la Russie.

Les députés européens de l’AfD sont membres du groupe Identité et Démocratie (ID) du Parlement européen depuis 2019, mais le parti dans son ensemble n’en a jamais été membre officiel. Le congrès a conclu qu’il officialiserait son adhésion à l’ID en 2024.

L’AfD est le “visage découvert et radical de l’extrême droite européenne” avec un seul objectif en tête, a déclaré Boone à LCI : “Détruire l’UE sans projet alternatif”.

La rhétorique anti-UE a toujours fait partie de « l’ADN » de l’AfD, a déclaré Uwe Jun, politologue, à EURACTIV Allemagne dans une interview vendredi 4 août. Sa création même en 2013 visait à critiquer la gestion par l’UE de la crise de l’euro de l’époque, avant de passer à des questions plus larges telles que l’immigration.

En opposition à un programme d’extrême droite, il appartient aux États membres de convaincre les électeurs que l’UE telle qu’elle est fonctionne, a ajouté le ministre, et fait preuve de solidarité sur des questions aussi larges que “les incendies de forêt, les inondations et les vaccins”.

Cet article est initialement publié sur euractiv.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img