14.1 C
London
Thursday, June 13, 2024

Le Premier ministre espagnol Sanchez obtient un nouveau mandat, mettant fin à quatre mois d’impasse

Sanchez, au pouvoir depuis 2018, a obtenu le soutien de 179 législateurs, soit trois de plus que la majorité absolue de 176 au Parlement de 350 sièges après un débat souvent tendu de deux jours.

Son parti socialiste a terminé deuxième lors des élections générales peu concluantes de juillet, mais il a conclu des accords avec plusieurs petits partis pour soutenir le rétablissement de son gouvernement de coalition minoritaire avec le parti d’extrême gauche Sumar.

Pour gagner le soutien de deux partis séparatistes catalans, il a accepté d’accorder l’amnistie à des centaines de personnes faisant l’objet de poursuites judiciaires pour leur rôle dans le mouvement séparatiste catalan au cours de la dernière décennie.

Parmi les bénéficiaires figure Carles Puigdemont, qui dirigeait le gouvernement régional de Catalogne lors de l’échec de la tentative de sécession en 2017.

Puigdemont a organisé un référendum qui a été interdit par le gouvernement central, suivi d’une brève déclaration d’indépendance qui a déclenché la pire crise politique que l’Espagne ait connue depuis des décennies.

Puigdemont s’est enfui en Belgique pour éviter les poursuites. Une amnistie lui permettrait de rentrer en Espagne, alors que de nombreux Espagnols le considèrent comme un ennemi de l’État.

Sanchez, qui a fait carrière en prenant des risques politiques, a défendu l’amnistie lors du débat parlementaire, arguant qu’elle était constitutionnelle et nécessaire pour « panser les blessures » ouvertes par la poussée indépendantiste de la riche région du nord-est.

“Nous garantirons l’unité de l’Espagne par le dialogue et le pardon”, a ajouté l’homme de 51 ans.

‘Corruption politique’
Les critiques estiment que l’amnistie est une mesure intéressée visant à permettre à Sanchez de rester au pouvoir et l’accusent de piétiner l’État de droit.

“Adopter des mesures qui vont à l’encontre de l’intérêt général en échange d’avantages personnels relève de la corruption politique”, a déclaré lors du débat le leader du Parti populaire (PP) conservateur, Alberto Nunez Feijoo.

Le PP a remporté la plupart des sièges lors des élections de juillet, mais n’a pas obtenu la majorité et Feijoo n’a pas pu obtenir le soutien des autres partis pour remporter son vote d’investiture en septembre.

Le chef du parti d’extrême droite Vox, Santiago Abascal, a qualifié l’accord d’amnistie de « coup d’État ».

Plusieurs sondages montrent que plus de la moitié des Espagnols sont opposés à l’amnistie, ce qui a déclenché une vague de protestations à l’échelle nationale.

Des centaines de milliers de personnes ont participé dimanche à différentes manifestations, répondant à l’appel du PP à descendre dans la rue.

Des milliers de personnes se sont rassemblées chaque soir depuis plus d’une semaine devant le siège du parti socialiste à Madrid lors de rassemblements organisés par l’extrême droite. Certaines manifestations sont devenues violentes.

Quinze personnes ont été arrêtées lors de la manifestation de mercredi soir à la suite d’échauffourées avec la police.

Pas de « chèque en blanc »
Signe des tensions, plus de 1 600 policiers ont été déployés mercredi et jeudi pour le débat parlementaire, selon le ministère de l’Intérieur.

Sanchez – l’un des dirigeants socialistes les plus anciens d’Europe – a également présenté mercredi certains de ses projets économiques pour son nouveau mandat.

Mais il aura probablement du mal à faire adopter une loi puisque les différents partis de gauche et régionaux qui devraient le soutenir jeudi ont des idéologies radicalement différentes.

La porte-parole du parti indépendantiste basque Bildu, Mertxe Aizpurua, a averti jeudi que le oui de son parti à Sánchez ne serait pas un « chèque en blanc ».

Feijoo, le leader du PP, a déclaré que Sánchez devra négocier le soutien pour chaque projet de loi qu’il cherche à faire adopter et qu’il n’aura pas vraiment « le contrôle » du gouvernement.

Cet article est initialement publié sur france24.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img