12.2 C
London
Saturday, April 13, 2024

Le « rejet obsessionnel des musulmans » par la France

Le ministre de l‘Éducation, Gabriel Attal, a déclaré que le style des robes longues et fluides portées par certaines femmes musulmanes ne serait plus autorisé à la rentrée scolaire la semaine prochaine, car elles violeraient le principe français de laïcité.

“J’ai décidé que l’Abaya ne pourrait plus être portée dans les écoles”, a déclaré Attal à la télévision française. « Lorsque vous entrez dans une salle de classe, vous ne devriez pas pouvoir identifier la religion des élèves simplement en les regardant. »

La France interdit strictement les symboles religieux dans les écoles, ce qui a principalement touché la communauté musulmane du pays.

En 2004, la France a interdit aux étudiantes musulmanes de porter le foulard dans les écoles. Et en 2010, la France a interdit le port du voile intégral en public, suscitant la colère des cinq millions de communautés musulmanes françaises vivant dans le pays.

À la fin de l’année dernière, l’ancien ministre de l’Éducation Pap Ndiaye a identifié l’Abaya comme un vêtement qui peut “prendre un éventuel caractère religieux”, même s’il ne s’agit pas d’un symbole explicitement religieux.

Ndiaye s’est dit contre l’interdiction de l’Abaya, déclarant au Sénat : “L’Abaya n’est pas facile à définir, légalement… cela nous amènerait devant le tribunal administratif, où nous perdrions”.

Il a également souligné qu’il ne souhaitait pas « publier des catalogues interminables pour préciser les longueurs des robes ».

Le débat a continué à s’éterniser cette année.

Réagissant à cette annonce, l’ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon et leader de La France Insoumise a déclaré que la rentrée scolaire de septembre était « politiquement polarisée par une nouvelle forme absurde de guerre de religion ».

Le Conseil français du culte musulman a déclaré que l’Abaya était “à tort” par certains comme un signe religieux musulman.

“Aucun vêtement n’est un signe religieux en soi”, a déclaré le groupe dans un communiqué en juin.

“Il suffit de voyager dans des pays à majorité musulmane pour se rendre compte que les citoyens de ces pays, de toutes confessions, ne se distinguent pas par les vêtements qu’ils portent”, ajoute-t-il.

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a déclaré que l’Abaya était « manifestement » un vêtement religieux et « une attaque politique, un signe politique » qu’il considérait comme un acte de « prosélytisme » ou de tentative de conversion à l’islam.

Mais de nombreuses personnes à gauche ont également condamné cette démarche, notamment Clémentine Autain, députée du parti de gauche Insoumise, qui a critiqué ce qu’elle a qualifié de “police vestimentaire” et une démarche “caractéristique d’un rejet obsessionnel des musulmans”.

Certains universitaires ont convenu que cette décision pourrait être contre-productive, d’autant plus qu’elle concernait des vêtements qui, selon eux, étaient portés pour l’identité plutôt que pour la religion.

“Cela va nuire aux musulmans en général. Ils vont, une fois de plus, se sentir stigmatisés”, a déclaré la sociologue Agnès De Feo. “C’est vraiment dommage parce que les gens vont juger ces jeunes filles, alors que (l’Abaya) est une expression adolescente sans conséquence.”

Loubna Regui, présidente de l’ELF-Étudiants musulmans de France, a déclaré à Al Jazeera que l’interdiction était « intrinsèquement raciste ».

Les militants affirment qu’interdire l’Abaya ne consiste pas seulement à contrôler le corps des gens, mais essentiellement à les dégrader, arguant que chaque fois que vous limitez la capacité d’une personne sur ce qu’elle peut porter conformément à sa foi, c’est une forme de dégradation, de rabaissement et la maintient sous le contrôle de la État.

Ils disent que ce que représente l’Abaya ou le hijab est une forme de pouvoir, et cela est considéré comme une menace pour le gouvernement du président français Emmanuel Macron.

D’autres militants dénoncent un manque de respect et de connaissances de la part du gouvernement et des autorités françaises à l’égard de l’islam.

La France, ancien pays colonial, a occupé de nombreux pays d’Afrique. Il a colonisé les États musulmans d’Algérie, du Maroc et de Tunisie en Afrique du Nord. Elle a commis de nombreuses atrocités pendant le colonialisme.

De nombreux Algériens, Marocains et Tunisiens immigrés en France et aujourd’hui citoyens du pays se plaignent du manque de respect à leur égard et du manque de compréhension ou de sympathie des autorités françaises à l’égard de leur foi islamique.

Macron lui-même est actuellement sous le feu des critiques au niveau national.

Les mesures controversées du dirigeant français en matière de retraites ont donné lieu cette année à des manifestations de masse à l’échelle nationale qui se sont transformées en d’autres griefs au sein de la société française.

Les critiques ont accusé Macron d’exploiter les idéologies d’extrême droite avec cette dernière interdiction ciblant les musulmans pour regagner sa popularité, qui a chuté à un niveau record.

La décision d’interdire l’Abaya a été rapidement saluée par l’extrême droite de l’échiquier politique français et ses partisans.

L’homme politique de droite Eric Zemmour, à la tête de la petite Reconquête ! parti opposé aux immigrés, a déclaré sur les réseaux sociaux que « l’interdiction des Abayas est un bon premier pas si elle est appliquée ».

Le chef du parti conservateur Les Républicains, Eric Ciotti, n’a pas tardé à saluer également cette décision, qui, selon lui, était attendue depuis longtemps.

Sophie Venetitay, du syndicat des enseignants SNES-FSU, a déclaré qu’il était important de se concentrer sur le dialogue avec les élèves et les familles pour garantir que l’interdiction ne détourne pas les enfants des écoles publiques pour les envoyer dans des écoles religieuses.

Selon le syndicat, environ 65 % des enseignants du secondaire en France ont participé à des grèves nationales au début de cette année. Dans certaines écoles, le taux atteignait 80 %, et certaines écoles ont été fermées pour protester contre la réforme des retraites de Macron, qui a vu une vague d’enseignants quitter leur emploi.

Le syndicat a reproché à Macron de ne pas se concentrer sur les problèmes plus importants qui affligent les écoles françaises.

Pour faire respecter l’interdiction des Abayas dans les salles de classe, Attal a déclaré que 14 000 personnels éducatifs occupant des postes de direction seraient formés d’ici la fin de cette année, et 300 000 personnels seraient formés d’ici 2025.

L’interdiction imposée par Attal, proche du président Macron, a certainement déclenché un nouveau débat politique sur les règles laïques de la France et sur la manière dont elles sont discriminatoires à l’égard de la minorité musulmane du pays.

Cela survient également à un moment où la politique étrangère française voit rapidement disparaître son emprise de fer sur le Sahel et la Corne de l’Afrique.

La forte participation de la France à la guerre en Ukraine a également entraîné une crise du coût de la vie dans son pays, accompagnée d’une hausse de l’inflation.

Cette décision est considérée comme le moment idéal pour le gouvernement français de détourner l’attention, tant sur le plan national qu’étranger, et de publier une autre annonce ciblant les musulmans et leur religion.

Cet article est initialement publié sur tehrantimes.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img