14.3 C
London
Saturday, May 18, 2024

Le sénateur Joël Guerriau interrogé pour avoir dopé un député

Une sénatrice française a été interrogée parce qu’elle était soupçonnée d’avoir consommé de la drogue à un député à son insu.

Joël Guerriau a été interpellé à son domicile après que le député aurait pris un verre avec lui et se serait ensuite plaint de malaise.

Elle a été transportée à l’hôpital où des échantillons auraient révélé des traces d’ecstasy dans son organisme.

À la suite des tests, elle a ensuite déposé une plainte pénale.

Vendredi, la police parisienne a interrogé le sénateur de 66 ans, soupçonné d’avoir “administré à une personne, à son insu, une substance susceptible de diminuer son jugement ou sa maîtrise de soi, en vue de commettre un viol ou une agression sexuelle”.

M. Guerriau est l’un des 18 indépendants de la Chambre haute française et membre du parti centriste Horizons.

Pendant sa détention, il a également été interpellé par la députée qui lui a raconté ce qui s’était passé, selon des informations françaises. Son avocat a déclaré que le député était toujours en état de choc.

Julia Minkowski a déclaré à l’AFP que les deux hommes politiques se connaissaient depuis une dizaine d’années et a évoqué le “sentiment de trahison et d’incompréhension totale” du député.

L’avocat du sénateur, Rémi-Pierre Drai, a fait une première déclaration soulignant qu'”on est à des kilomètres de l’interprétation obscène que l’on pourrait déduire de la lecture des premiers rapports dans la presse”.

Vendredi, il a déclaré que son client avait pu confirmer avec force sa version des faits, qui ne reconnaissait aucun type d’infraction.

M. Guerriau, 66 ans, est un ancien banquier élu au Sénat en 2011 et vice-président de sa commission des affaires étrangères et militaires. Il est devenu maire local dans la trentaine dans la région de Loire-Atlantique, dans l’ouest de la France.

En vertu des lois qui s’appliquent à une personne décrite comme prise en flagrant délit, les procureurs ont déclaré que le sénateur n’était pas éligible à l’immunité parlementaire.

Christophe Béchu, à la fois collègue du parti et ministre de la transition écologique, a indiqué que les responsables d’Horizons se réuniraient samedi pour discuter de sa position. “Il ne pourra clairement pas rester dans le parti s’il y a le moindre doute sur la véracité de tout cela”, a-t-il déclaré à la radio française.

Cet article est initialement publié sur .bbc.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img