12.2 C
London
Saturday, April 13, 2024

Les États-Unis veulent que le Kenya dirige une force en Haïti avec 1 000 policiers. Les chiens de garde disent qu’ils vont exporter les abus

Alors que le gouvernement américain envisageait que le Kenya dirige une force multinationale en Haïti, il mettait également ouvertement en garde les policiers kenyans contre les abus violents. Maintenant, 1 000 de ces officiers pourraient se rendre en Haïti pour affronter la guerre des gangs.

C’est un tournant difficile pour une force de police longtemps accusée par les organismes de surveillance des droits de meurtres et de torture, notamment d’avoir abattu des civils pendant le couvre-feu COVID-19 au Kenya. Un groupe local a confirmé que des policiers avaient abattu plus de 30 personnes en juillet, toutes dans les quartiers les plus pauvres du Kenya, lors de manifestations appelées par l’opposition contre la hausse du coût de la vie.

“Nous sommes attristés par les pertes en vies humaines et préoccupés par les niveaux élevés de violence, y compris l’utilisation de balles réelles” lors de ces manifestations, ont déclaré les États-Unis dans un communiqué conjoint avec 11 autres nations à la mi-juillet.

Maintenant, les États-Unis, en tant que président du Conseil de sécurité des Nations Unies ce mois-ci, se préparent à présenter une résolution pour autoriser une mission en Haïti dirigée par la police kenyane, qui a relativement peu d’expérience à l’étranger en si grand nombre et ne parle pas français, qui est utilisé en Haïti.

Cet article est initialement publié sur apnews.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img