14.3 C
London
Saturday, May 18, 2024

Un cessez-le-feu au Karabakh est convenu quelques heures après que l’Azerbaïdjan ait pillé la région séparatiste

Les forces séparatistes arméniennes du Haut-Karabakh ont accepté mercredi les termes d’un cessez-le-feu proposé par la Russie, un jour après que les troupes azerbaïdjanaises ont lancé une opération « antiterroriste » dans la région.

L’Azerbaïdjan a tiré de l’artillerie lourde sur les positions arméniennes, tuant et blessant des dizaines de personnes alors que des explosions secouaient certaines parties de la zone avant le cessez-le-feu.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a annoncé mercredi qu’un accord avait été conclu.

Il indique que les forces arméniennes au Karabakh ont accepté de « déposer les armes, d’abandonner les positions de combat et les postes militaires et de désarmer complètement », et que toutes les armes et équipements lourds ont été remis à l’armée azerbaïdjanaise.

“Grâce à la médiation du commandement du contingent russe de maintien de la paix stationné au Haut-Karabagh, un accord a été conclu sur la cessation complète des hostilités à partir de 13 heures le 20 septembre 2023”, a déclaré la présidence autoproclamée de la région.

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a déclaré mercredi qu’Erevan, la capitale, n’avait pas participé à l’élaboration d’un accord de cessez-le-feu entre les séparatistes du Haut-Karabakh et l’Azerbaïdjan.

“L’Arménie n’a pas participé à la rédaction du texte de la déclaration de cessez-le-feu au Haut-Karabakh sous la médiation des casques bleus russes”, a-t-il déclaré, réitérant qu’Erevan “n’a pas d’armée” dans l’enclave contrôlée par les séparatistes.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré mardi au secrétaire d’État américain Antony Blinken que l’opération menée par le pays au Haut-Karabakh prendrait fin si les séparatistes arméniens « déposaient les armes ».

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a déclaré mercredi que les mesures militaires se poursuivaient « avec succès » et que l’opération ne s’arrêterait pas tant que le gouvernement séparatiste ne se serait pas démantelé et que les « formations militaires arméniennes illégales » ne se seraient pas rendues.

L’accord a été conclu grâce à des négociations avec le contingent russe de maintien de la paix dans la région et prévoit le retrait des unités et équipements militaires arméniens du Haut-Karabakh.

Mardi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé « à la fin immédiate des combats » après que l’UE, la France et l’Allemagne ont condamné l’action militaire de l’Azerbaïdjan.

Cela s’est produit alors qu’un ancien haut responsable de l’administration arménienne du Haut-Karabakh a déclaré qu’environ 100 personnes avaient été tuées et des centaines blessées.

Plus de 7 000 personnes ont été évacuées de 16 communautés, ont indiqué les séparatistes de la région.

Les tirs d’artillerie ont fait craindre une reprise d’une guerre à grande échelle dans la région entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, engagés depuis plus de trois décennies dans une lutte pour le Haut-Karabakh.

Les violents combats les plus récents y ont eu lieu pendant six semaines en 2020.

Le Karabakh est reconnu internationalement comme faisant partie de l’Azerbaïdjan, qui rejette les accusations selon lesquelles son objectif serait de nettoyer ethniquement la région.

Le pays a déclaré qu’il protégerait les droits des civils de souche arménienne de la région dans le cadre de sa propre constitution.

Il se dit toutefois déterminé à supprimer les structures politiques et militaires de la région séparatiste.

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a déclaré que le Karabakh était bombardé de manière intensive dans le but de provoquer une guerre.

Il a exigé une action des soldats de la paix russes et a averti que des forces non identifiées parlaient d’un coup d’État à Erevan.

Les Arméniens de souche du Karabakh ont déclaré que l’Azerbaïdjan avait déclenché une nouvelle guerre contre les 120 000 personnes vivant dans une région qu’ils considèrent comme leur patrie.

Appels au calme
M. Blinken a exhorté M. Aliyev à « cesser immédiatement les hostilités » et a déclaré à M. Pashinyan que Washington soutenait la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Arménie.

La Russie a également appelé au calme, mais certains responsables ont critiqué l’Arménie pour ses liens avec l’Occident.

“Nous exhortons les parties au conflit à mettre immédiatement fin à l’effusion de sang, à mettre un terme aux hostilités et à éliminer les pertes civiles”, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères sur sa plateforme de messagerie Telegram.

Une autre guerre dans l’ex-Union soviétique pourrait perturber l’équilibre géopolitique dans le Caucase du Sud, une région où la Russie, les États-Unis, la Turquie et l’Iran se disputent l’influence.

Les Arméniens du Karabakh, connu par les Arméniens sous le nom d’Artsakh, ont déclaré que les combats se poursuivaient avec une intensité variable. Au moins 27 personnes ont été tuées au Karabakh et 200 blessées, ont-ils indiqué.

L’Azerbaïdjan a déclaré que son intention était de « désarmer et d’assurer le retrait des formations des forces armées arméniennes de nos territoires, [et] de neutraliser leurs infrastructures militaires ».

Alors que l’Union soviétique s’effondrait, ce qu’on appelle la première guerre du Karabakh a éclaté entre les Arméniens et l’Azerbaïdjan, de 1988 à 1994. Environ 30 000 personnes ont été tuées et plus d’un million de déplacées.

La deuxième guerre du Karabakh
En 2020, après des décennies d’escarmouches, l’Azerbaïdjan a lancé une opération militaire qui est devenue la Seconde Guerre du Karabakh, perçant les défenses arméniennes.

L’Azerbaïdjan, soutenu par la Turquie, a remporté une victoire éclatante dans la guerre de 44 jours, en prenant le contrôle de certaines parties du Karabakh. La Russie avait alors négocié un cessez-le-feu.

Mais l’Arménie a accusé Moscou d’être trop distrait par sa propre guerre en Ukraine pour la protéger et a déclaré que les soldats de maintien de la paix russes au Karabakh n’agissaient pas.

Des manifestants ont scandé des slogans anti-russes devant l’ambassade de Russie en Arménie mardi soir, a rapporté l’agence de presse russe Tass.

« Nous ne devons pas permettre à certaines personnes, à certaines forces, externes et internes, d’attaquer l’État arménien », a déclaré M. Pashinyan dans un discours national mardi.

« Je dois noter que, comme prévu, des appels au coup d’État se font déjà entendre de différents endroits, même en Arménie. »

Cet article est initialement publié sur thenationalnews.com

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img