12.2 C
London
Saturday, April 13, 2024

Un tribunal français confirme l’interdiction des abayas musulmanes dans les écoles

Le Conseil d’État, la plus haute juridiction française chargée des plaintes contre les autorités gouvernementales, a déclaré avoir rejeté une requête d’une association demandant une injonction contre l’interdiction décrétée par le gouvernement le mois dernier, affirmant qu’elle n’était pas discriminatoire à l’égard des musulmans .

Le gouvernement du président Emmanuel Macron a annoncé le mois dernier qu’il interdisait l’abaya dans les écoles, affirmant qu’il enfreignait les règles de laïcité dans l’éducation qui ont déjà vu l’interdiction du foulard musulman au motif qu’il constitue une manifestation d’appartenance religieuse. 

Mais une association représentant les musulmans a déposé une requête auprès du Conseil d’État, la plus haute juridiction française chargée des plaintes contre les autorités de l’État, pour obtenir une injonction contre l’interdiction de l’abaya et du qamis, son équivalent vestimentaire pour les hommes.

L’association a fait valoir que l’interdiction était discriminatoire et pourrait inciter à la haine contre les musulmans, ainsi qu’au profilage racial.

Le Conseil d’État examine depuis mardi la requête déposée par l’Action pour les droits des musulmans (ADM) et s’est prononcé jeudi en faveur du maintien de l’interdiction.

Le Conseil du culte musulman (CFCM), créé pour représenter les musulmans auprès du gouvernement, a averti que l’interdiction de l’abaya pourrait créer « un risque élevé de discrimination » et a déclaré qu’il envisageait de déposer sa propre plainte devant le Conseil d’État.

L’avocat d’ADM, Vincent Brengarth, a soutenu lors de l’audience que l’abaya devait être considérée comme un vêtement traditionnel et non religieux.

Il a également accusé le gouvernement de chercher à tirer un avantage politique de cette interdiction.

Le président de l’ADM, Sihem Zine, a déclaré que cette règle était “sexiste” car elle cible les filles et “cible les Arabes”.

Mais le ministère de l’Education a déclaré que l’abaya rendait ceux qui la portaient “immédiatement reconnaissables comme appartenant à la religion musulmane”.

Les écoles françaises ont renvoyé des dizaines de filles chez elles pour avoir refusé de retirer leur abayas – un vêtement qui couvre les épaules jusqu’aux pieds – le premier jour de l’année scolaire lundi.

Près de 300 écolières ont défié l’interdiction, a déclaré le ministre de l’Éducation Gabriel Attal.

La plupart ont accepté de changer de vêtements, mais 67 ont refusé et ont été renvoyés chez eux, a-t-il expliqué.

Environ 10 pour cent des 67 millions d’habitants de la France sont musulmans, selon les estimations officielles.

La plupart sont originaires des pays d’Afrique du Nord, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, qui étaient des colonies françaises jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle.

Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img